Le musicien, qui avait lancé en mars dernier une ligne de vêtements avec la grande enseigne de prêt-à-porter s’est dit «choqué et embarrassé» par la mise en rayon d’un vêtement à l’imprimé qu’il estime totalement indigne.

L’affaire H&M ne continue.

The Weeknd vient en effet d’annoncer l’arrêt de sa collaboration avec la marque suédoise. Il y a quelques jours, l’enseigne avait fait la en effet la promotion d’une nouvelle ligne pour enfants, postant une photo sur laquelle on pouvait voir un petit garçon de couleur porter un pull avec inscrit «Coolest monkey in the jungle», «Le singe le plus cool de la jungle».
Le chanteur canadien qui avait lancé sa collection chez H&M en mars dernier s’indigne de cette image. «Ce matin, je me suis levé choqué et embarrassé par cette photo. Je suis profondément offensé et je ne travaillerai plus jamais avec H&M», a-t-il ainsi déclaré sur Twitter.
Depuis, la marque a retiré la photo de ses réseaux et posté un message d’excuses.

«Nous comprenons que beaucoup de personnes soient dérangées par la photo du sweat de l’enfant. Nous et tous ceux qui travaillent à H&M ne peuvent qu’être d’accord. Nous sommes profondément désolés que cette photo ait été prise, et nous regrettons aussi l’imprimé. Par conséquent, nous n’avons pas seulement retiré la photo, mais aussi toute la collection de notre offre. Il est clair que nos directives n’ont pas été suivies correctement. Cela ne fait aucun doute. Nous allons étudier minutieusement les raisons de cela, pour prévenir ce genre d’erreurs et qu’elles n’arrivent plus jamais», explique ainsi l’enseigne.

Si The Weeknd a réagi de façon radicale à ces images, il n’est pas le seul.
Lebron James le célèbre joueur de la NBA a donc posté une une photo sans équivoque
sur son compte « Instagram »

0108-lebron-james-king-of-the-world-getty-4En s’exprimant ainsi: «Quand je regarde cette photo, je ne vois qu’un roi!», a écrit la star du basket-ball, sur ses nombreux comptes de réseaux sociaux.
Cette erreur manifeste de communication commence à sérieusement porter préjudice, à cette enseigne qui se voulait fédératrice, mais dont les agissements et les stratégies étaient clairement guidées par d’autres motivations.