Pour Laura Flessel, Ministre des sports l’entre-deux du règlement concernant le MMA ne peut continuer. Elle attend les résultats d’un observatoire des pratiques, pour se positionner car il est «impossible de rester dans le statu quo» en France sur le Mixed Martial Arts (MMA).

Aujourd’hui, ce sport de combat extrême, qui associe plusieurs disciplines et qui permet coups de pied, poing, genou et coude, ainsi que des coups au sol, dans une cage en forme d’octogone, reste interdit en France pour la compétition et il n’existe pas de fédération agréée, et donc pas de formateurs diplômés. Mais la pratique à l’entraînement existe dans les clubs et est tolérée.

La Commission française de MMA estime à 30 000 le nombre de pratiquants des Mixed Martial Arts en France.

Cette approche permettra au moins de clarifier une situation qui n’a que trop duré et qui ne donne pas satisfaction.

Selon son ministère, Laura Flessel «souhaite faire évoluer le cadre réglementaire afin de préserver la sécurité physique et morale des pratiquants en protégeant et en encadrant la pratique du MMA».

Un dossier dont les conclusions sont à suivre très prochainement.