Contexte du colloque sur la crise du Golfe persique.

Le 5 Juin 2017, l’Arabie saoudite, l‘Egypte, les Emirats arabes unis et Bahreïn ont rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar. D’un commun accord il est décidé de la fermeture de leur espace aérien, de leurs frontières terrestres et maritimes.Cette rupture avec l’Etat du Qatar, petite mais très riche monarchie pétrolière et gazière, se justifie selon cette coalition en raison de son soutien au terrorisme ( al-Qaida, EI, les frères musulmans ).

Un ultimatum et treize conditions ont été adressés au Qatar dont la fermeture de la chaîne de télévison Al Jazeera et la fin des relations avec l’Iran. Conditions jugées inacceptables qui portent atteinte à la défense de la liberté d’expression et fortement dénoncées par les Nations Unies. Il s’agit là d’une crise majeure sans précédent dont les enjeux multiples bouleversent l’échiquier des stratégies géopolitiques et diplomatiques.

C’est dans ce contexte tendu que lBDMTV et le club géopolitique ont décidé de l’organisation d’un colloque au Sénat pour échanger autour des enjeux et des conséquences de cette crise sur les libertés. Cette soirée de réflexion réunissait pour l’occasion des journalistes , des décideurs politiques , des responsables de structure, des spécialistes du Moyen Orient triés sur le  volet.

L’ensemble des sujets brûlants de cette actualité ont été abordés dans un climat serein où le débat n’a laissé place à aucune polémique ni règlement de compte. Le succés de ce colloque montre de facto que le meilleur des médiateurs n’est autre que l’échange dans le respect des valeurs.

Lire la suite de l’article ici

colloque