Alors qu’un transfert à Manchester City était quasiment bouclé, Daniel Alves a finalement signé au PSG.

Le Brésilien a paraphé un contrat de deux saisons en faveur du club parisien. L’arrivée d’un tel joueur était une étape nécessaire pour plusieurs raisons. Lancer le mercato du PSG, démontrer que le projet quatari est toujours d’actualité, et assurer à tous que malgrè la déconvenue barcelonaise (6-1 en LDC) le club est toujours capable d’attirer les top players.

La Ligue des Champions, le natif de Juazeiro en compte  3 dans son palmarès, plus que n’importe quel autre joueur du PSG. Le 8 mars dernier, lors du Barça-PSG (6-1), le caractère compétitif de l’ensemble du groupe a fait défaut, l’équipe n’ayant su répondre à la pression. Avec Daniel Alves dans les rang de l’écurie francilienne, il n’y a que très peu de chances que cela se produise. Rompu aux joutes européennes dans les stades les plus exigeants, il sait appréhender cette facette du jeu.

Doté d’un caractère affirmé et sur des forces*, il n’hésite pas à remettre ses partenaires dans le droit chemin, comme un certain Zlatan….

Très souvent critiqué ces derniers temps, cette arrivée donne du souffle à Nasser El Khelaifi et à tout la direction sportive parisienne, cela donne notamment du crédit au nouveau directeur sportif Antero Henrique, mais du poids ‘à la reconversion de Maxwell, dont on dit qu’il fut un des grands artisans du transfert de Dani Alves.

Dans tous les cas, ce recrutement stratégique à quelques semaines de la reprise, donne de très bons signes aux joueurs sous contrat désireux de jouer avec « cracks » (Veratti, Rabiot…) mais ce recrutement aura le don de rassurer les futurs grands joueurs que le PSG courtise ( on parle d’Aguero, Fabihno, Alex Sanchez…) sur la réelle attractivité du club.

Quoi qu’il en soit  pour les fans du ballon rond, le mercato du PSG comme de tout les clubs en Europe s’annonce long et passionnant.

Teher D.

*En 2014, dans un entretien accordé à La Vanguardia, Alves avait jugé de lui-même son statut dans la future histoire du football de façon très tranchée : « Quand nous prendrons notre retraite, les gens diront : qui a été le plus grand joueur de football ? Messi. Et qui lui a donné les passes décisives ? Dani. C’est là que mon nom aura sa place. »  Possiblement le latéral le plus influent de l’époque moderne, Daniel Alves est d’ailleurs bien plus que cela. Un leader, un compétiteur avec un caractère affirmé. Du côté du Parc des Princes, il va très probablement vouloir prouver, encore et encore, qu’il demeure l’un des éléments les plus marquants de son époque. Unai Emery ne s’en plaindra pas.